Un jour, un métier…hum que dire ?

Le 22 novembre je participais  au dispositif : 1 jour, 1 métier (lien de l’article : Au secour, j’ai peur) . Comme prévu j’ai revêtue ma plus belle tenue, c’est à dire mon nouveau pull rose et mes boots grises à hauts talon et partais fièrement  d’un pas assuré vers le lieu de ce que j’appellerai, ma nouvelle expérience.
Toute contente d’être arrivée en avance et sans encombre, je me présentais avec un grand sourire et attendis  patiemment que la responsable caisse arrive. Là voilà. Je la suivie à l’intérieur, elle m’expliqua succintement en quoi consistait ce travail (caisse +++), quoique un peu nerveuse j’avais très envie de le découvrir. Seulement voilà, un os se mit en travers, en effet il était dit que je devais être en binome avec elle, hors ça ne fut pas le cas. J’allais me retrouver donc avec une simple employée. Bon d’accord ok, la journée commence bien !

 

je suivis donc la caissière jusqu’au ben, aux caisses. C’est assez sinueux et le couloir menant aux caisses est très étroit, aussi je me demande comment un fauteuil roulant pourrait passer, les portes sont de simples abattants, faut vraiment faire gaffe à ne pas s’en prendre un  sur le genoux sinon croyez moi, vous allez sentir votre douleur. Mais bon, passons.
Comme prévu je m’asseois à côté de la caissière, j’ai hâte de voir comment ça se passe. Mon bloc-note est prêt, j’ai mon stylo à ma disposition et mes oreilles sont grandes ouvertes, mes lunettes sur  mon nez pour y voir plus clair. De mon côté tout est ok, on attend donc le premier client qui ne se fit pas tarder. Au fur et à mesure que les clients arrivent, j’observe, j’enregistre, je prends des notes. Je pense que oui cet après-midi je serais apte à faire quelques encaissements, à établir des bons de commande et des bons de sortie. Après pour les sujets plus ardus comme les avoir, remboursements et autres je laisserais la caissière le faire.

12h30 : le magasin ferme. On reprend à 14h00, ce qui laisse largement le temps de se restaurer et de prendre un café. Bien qu’ayant prévut de rentrer chez moi, me voilà conviée à rester à partager le repas exeptionnel pour la journée du handicap. Ouai bon…si ils veulent, ok je reste. Mais j’ai l’impression de taper légèrement l’incruste et puis comme repas bonjour l’angoisse ! Là c’est sûr j’ai pris zéro calorie : tout petit carré de quiche façon amuse-gueule (vous savez le truc style je sers ça à l’apéritif, un peu comme un mini toast), quelques chips qui se battent en duel dans la grande assiette et une tranche de je sais pas quoi, mais alors très fine. Et pourtant Dieu sait où peut importe qui, il y avait une profusion de bonnes choses sur la table. La tarte aux fruits ?…non je n’en ai pas connu le goût. Franchement je me demande si je n’aurais pas dû rentrer chez moi, au moins j’aurai mangé ma petite salade verte et ma poire aux sirop, ce qui entre nous aurait été beaucoup plus consistant mais bon…

14h00 : On reprend le « travail ». Pensant que j’allais me mettre à la place de la caissière, je restais debout en attendant qu’elle me dise de prendre sa place. Ah ben non…C’est elle qui s’asseoit et c’est moi qui me retrouve comme ce matin, c’est à dire à côté d’elle. Les gens arrivent au fur et à mesure et moi en attendant je fais office de plante verte et robotiquement je dis : bonjour – aurvoir. A croire que j’ai été programmé pour dire ça ! lol. Bon lol peut-être maintenant, mais sur le coup je rigole pas je m’ennuie. je demande donc à la caissière si elle a quelque chose à me faire faire, du tri, du classement, des photocopies enfin bref même jeter la poubelle m’aurait arrangé puisque ça m’aurait permis de ne pas me tourner les pouces. Ben non rien. Je lui demande donc comment ça se fait, que je n’ai pas le droit de faire quelque chose :
elle me dit « Vous êtes en mode accompagnement ».
Ne comprenant pas je lui demande   » C’est à dire, plus exactement ça veut dire quoi ? »
Réponse de la caissière :  » Vous êtes là en observation »
Moi : « Toute la journée ?  »
La caissière : « Oui »
Moi :  » Ben mince alors, ça va être gai de 14h00 à 19h00, ça va être long…très long »
Dans ma tête je me dis, la prochaine fois faudra me le dire et je porterais des mots croisés !
C’est alors que la Responsable caisse, celle avec qui j’aurai dû être en binome vient pour donne le planning à une des caissières. Je profite alors de sa présence pour lui soumettre une demande, celle de prendre la place de xxx pour mettre en pratique ce que j’ai appris ce matin mais en ayant évidemment xxx à côté de moi.
Ouf elle accepte, c’est avec soulagement que je vais pouvoir prendre la place de xxx la caissière et mettre en application ce que j’ai appris. Avec les 5 premiers clients je me sens un peu gauche, c’est que de la théorie à la pratique il y a quand même un peu de différence, mais je m’en sors plutôt pas mal et, au fur et à mesure je me sens de plus en plus à l’aise et trouve même ça amusant de scanner les objets. Je me rends compte aussi que j’adore ce contact avec la clientèle, même si certains ne sont pas très courtois, je n’y prête pas attention et me dis qu’ils sont dans leur mauvais jour. La fermeture arrive, je suis contente d’avoir découvert ce métier, c’est plutôt une bonne expérience. Je me suis donner à fond et ce malgré le fait que je n’ai jamais touché à une caisse de ma vie.

De ce qu’avait entendut ma conseillère d’orientation, c’est que l’établissement en question prenait souvent des caissières en période de Noël ce qui laissait supposer que j’avais une chance d’intégrer l’équipe si mon profil correspondait à leurs attentes. Ce  qui m’arrangerait bien puisque ça me permettrait de payer ma dette envers EDF.
Hors là, la gifle m’arriva en pleine figure lorsque je dis aurvoir à tout le monde – La responsable de caisse :  » merci, aurvoir et bonne chance ».
Ah..mrd c’est tout ?

Ma conclusion :
Oui cet enseigne participe activement à la journée du handicap et à mis en place au sein de son établissement le dispositif « Un jour, Un métier ».
Mais, est ce par une réelle conviction et un généreux élan de solidarité ou c’est simplement pour faire bonne figure aux yeux de leurs clients et pourquoi pas futurs clients. Alors pub ou pas pub ?
Sont-ils vraiment à la hauteur de ce qu’ils disent quand on entend « nous prenons des travailleurs handicapés ». Je rappelle que le couloir qui mène aux caisses est très étroit, donc un fauteuil roulant ne peux pas y accéder.
Je suis déçue qu’ils n’aient pas essayés de me connaître, quel est mon métier, pourquoi avoir ce statut…, déçue que le Directeur est eut un maigre ‘bonjour’ et un maigre « aurvoir » tout en me disant « merci d’être venu ».
Merci de quoi ? , d’avoir fait bonne figure, d’être devenue le temps d’un jour la représentante des ‘ »travailleurs handicapés’ ? Non là j’avoue ne pas comprendre le sens de son merci.

….. ……..

En tout cas une chose est sûre est que le ‘ »merci, aurvoir et bonne chance » en dit long sur mon futur. A l’instant oû j’ai entendu cette phrase j’ai su que je ne mettrais plus les pieds dans le magasin en vue d’un éventuel poste. Dômmage…

Ah oui au fait j’ai dépensé combien déjà entre le coiffeur, le pull, les shoes, le déplacement en bus…100 euros environ ! pfff mrd.

Ce que j’en pense : ne jamais se faire d’illusion sur une éventuelle embauche et même si on a donné le meilleur de sois-même. Arrêter d’être naïve.

Ceci dit :

 

A + petit journal et pitou  pitou à tout ceux et celles qui m’ont lu

Publicités
Cet article, publié dans L 'humeur du moment, Moi la brioche ambulante, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Un jour, un métier…hum que dire ?

  1. Très dur en effet « la gifle » en pleine figure mais c’est malheureusement souvent le cas, on nous promet mont et merveilles et au final il n’y a rien, comme tu le dis il faut arrêter d’être naîve.
    Pour en revenir à la pub, c’est vrais que beaucoup d’enseigne de magasin profite du système mis en place par le gouvernement et les associations pour faire « bonne figure » et de ce fait se font de la pub sur le dos des handicapés. Ce qui est carrément lamentable…mais bon c’est comme ça.

  2. golumelite dit :

    Voici clairement un article à mettre dans ses favoris pour le conserver précieusement !

  3. My partner and I stumbled over here from a different website and thought I might as well check things out. I like what I see so now i’m following you. Look forward to looking at your web page for a second time.

  4. il y a des cons mais il y a aussi des bons j’en connais des entreprises qui sont dans le bon on a eu des histoires aussi un peu dans le strange , bisous ma bubulle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s